Please enter your username and email address. Get new password
Validé
x

2018 UNE ANNÉE NOIRE POUR LE RAP ?

00

Après une année 2016 tragique où des légendes de la musique ont perdu la vie, un nombre important de stars et étoiles montantes du rap se sont éteintes cette année …

Juin dernier. Quelques heures après l’annonce de l’assassinat de XXXTentacion près de Miami, le monde du rap et du hip-hop apprenait la mort de Jimmy Wopo dans une fusillade en Pennsylvanie. A tout juste vingt ans, le succès leur tendait les bras. Plus récemment, le décès de Mac Miller, l’un des plus grands rappeurs de ces dernières années, s’abat comme un véritable coup de massue.

A même pas 27 ans, âge prétendument maudit  auquel de nombreux artistes sont morts, Mac Miller avait pourtant écrit un testament qui vient d’être dévoilé. A la différence des nombreux artistes disparus en 2016, comme David Bowie, Prince, Leonard Cohen ou encore Georges Michael, les rappeurs que 2018 emporte n’ont souvent pas dépassé la trentaine.

  • Mac Miller, 26 ans

Précoce, surdoué, mais surtout rongé par son addiction à la drogue, le natif de Pittsburgh en Pennsylvanie est mort d’une overdose dans sa maison de la vallée de San Fernando, près de Los Angeles. Derrière lui, le rappeur laisse des millions de fans en émoi. La planète stars a également beaucoup réagi. A commencer par son ex petite-amie Ariana Grande.

Les deux célébrités s’étaient séparées en mai dernier, ce qui avait petit à petit enflammé le mal-être du rappeur. Certains ont même jugé cette rupture comme la conséquence de sa mort, en n’hésitant pas à harceler l’ex du rappeur. Mais Malcolm James McCormick, de son vrai nom, était avant tout connu pour sa dépendance à la combinaison de prométhazine avec de la codéine, appelée « purple drank », ainsi qu’à la cocaïne. Il expliquait souvent que c’était pour réduire le stress dû à ses tournées.

Mais comment Mac Miller a percé ? A seize ans, le jeune rappeur diffusait déjà des mixtapes sur internet. La consécration arrive en 2010, lorsqu’il signe avec son premier label. L’année suivante, Mac Miller sort « Best Day Ever », et lui ouvre les portes du monde entier. Une chanson en particulier, dont le thème est de « devenir immensément riche » s’annonce comme une métaphore, et s’intitule Donald Trump.

Entre 2011 et 2018, l’américain publie cinq albums qui se classeront toujours dans le top 4 des charts US. « Blue Side Park », vendus à 344 000 exemplaires, restera à jamais son plus grand succès. Il s’agit surtout du record de ventes pour un disque sorti en indépendant. Le 3 août dernier, Mac Miller sortait son nouvel album, intitulé « Swimming ». Il devait d’ailleurs entamer une nouvelle tournée, avec une première date prévue le 27 octobre à San Francisco.

  • XXXTentacion, 20 ans

Il était le plus punk des rappeurs américains du moment, mais aussi le plus sulfureux. C’est l’histoire d’un artiste à la fois adoré, détesté, mais qui a aussi choqué par sa violence et par un casier judiciaire bien rempli. Jahseh Dwayne Ricardo Onfroy, de son vrai nom, a connu un succès très intense, et a su porter la vague de « rap emo » dont font partie Lil Uzi Vert, Post Malone, Lil Peep (décédé l’année dernière), $uicide Boy$ ou encore Grieves. Mais qui était-il vraiment ? Un personnage atypique, qui a fait sensation avec ses cheveux décolorés, son arbre tatoué sur le front, ses textes très engagés mais aussi ses multiples violences conjugales.

En un an, XXXTentacion est passé deux fois par la case prison, a sorti deux albums, une mixtape et réalisé deux tournées. Ce dont se rappelle surtout le public est l’ambiance survoltée et totalement incontrôlable dans laquelle il s’était renfermé. Rapidement, son compte SoundCloud devient l’un des plus suivis, et y poste régulièrement de nouveaux morceaux. Fin 2015, il sort le titre « Look at me ! », qui se retrouvera dans le Top 100 des singles au États-Unis, et dont le clip controversé enflamme la communauté. Puis, c’est la consécration, avec une nomination parmi les «XXL Freshmen 2017», qui est censée déterminer les futurs grands noms du rap américain.

S’ensuit une vie mouvementée, où il subit notamment des menaces du Ku Kux Klan,frappe des fans en concert et se fait frapper lui-même sur scène, puis connaît de nombreux problèmes avec la police en raison de violences envers plusieurs de ses compagnes. Après la sortie de son premier album « 17 » en 2017, puis celle du second « ? » en mars 2018, XXXTentacion est abattu trois mois plus tard en pleine journée à Deerfield Beach, au nord de Miami. Il travaillait déjà sur son troisième album, qui devait s’intituler «Skins». 

  • Jimmy Wopo, 21 ans

Autre grand espoir du rap US, Travon Smart, plus connu sous le nom de Jimmy Wopo, est pas lié. Wopo s’est fait tuer par un homme qui a ouvert le feu sur son véhicule dans le quartier de Hill District, à Pittsburgh. Son passager, lui, a survécu.

Né dans la même ville que Mac Miller, Jimmy Wopo était affilié à Wiz Khalifa, et avait très tôt rejoint son label Taylor Gang Entertainment. Il acquiert rapidement de la notoriété en sortant son premier album « Woponese » en 2016, dont un titre ressort particulièrement : Elm Street.

La même année, il sort le projet « Trapnese » avec son collègue Hardo, sur lequel on retrouve également ShadyHigler, 21 Savage ou encore Wiz Khalifa. Au total, quatre albums en l’espace de deux ans, mais aussi quelques accrochages avec la justice.

  • Fredo Santana, 27 ans

La « purple drank » aurait une nouvelle fois fait des ravages. Fredo Santana, cousin de Chief Keef, a été retrouvé mort à son domicile à Los Angeles par sa compagne. Le rappeur de Chicago aurait subi une attaque après avoir consommé ce fameux cocktail à la codéine et à la prométhazine, auquel il était accro.

Santana est connu pour avoir fait partie du gang des « Black Disciples », dont il parlait souvent dans ses textes. Le rappeur s’est fait un nom en apparaissant dans la vidéo I Don’t Like de son cousin Chief Keef, en compagnie de Lil Reese. La même année, il sort son premier et unique album « Trappin Ain’t Dead ». Drake lui a rendu hommage. Le Canadien l’avait fait apparaître en 2013 dans son clip pour Hold On, We’re Going Home. Fredo y kidnappait la petite amie du rappeur.

  • Craig Mack, 47 ans

Véritable pionner du rap new-yorkais des années 90, Craig Mack faisait partie du célèbre label Bad Boy Records, créé par Puff Daddy, qui regroupait entre autre The Notorious B.I.G., Boys N Da Hood, Faith Evans, G-Dep, ou encore 112.

Le rappeur s’est éteint le 12 mars 2018 d’une insuffisance cardiaque à l’hôpital de Walterboro en Caroline du Sud. Il avait commencé à écrire ses premières rimes à six ans, et avait emprunté le nom de MC EZ. Ce n’est qu’en 1994 que Sean Combs, alias Puff Daddy, découvre le talent de Craig. Même s’il est resté longtemps dans l’ombre du talentueux B.I.G, c’est l’année du succès avec la sortie de son premier album « Project : Funk da World », puis celle de son plus gros tube, Flava in Ya Ear.

Alors qu’il recherche une certaine continuité dans ses créations, en essayant de sortir régulièrement des disques, l’artiste disparait soudainement en 2006 pour se consacrer pleinement à la religion.

  • Smoke Dawg, 21 ans

Rappeur originaire de Toronto, il est mort fusillé dans une boîte de nuit de la ville avec un autre rappeur, Koba Prime, deux semaines après la disparition d’XXXTentacion, en juin dernier. Il est connu pour ses titres Count It UpTrap House ou Snow, mais aussi pour sa collaboration avec Drake pendant les mois de février et mars 2017 sur le « Boy Meets World Tour ».

A ses débuts, Smoke était membre était membre du groupe « Halal Gan » qui comprenait les rappeurs SAFE, Puffy L’z, et Mo-G.

Parmi les rappeurs morts cette année, on pourrait également citer l’Allemand Deso Dogg, mais sa disparition reste controversée. Le rappeur, connu auparavant pour son rap agressif, était devenu un militant islamiste pour le groupe terroriste État Islamiste, et même un propagandiste actif de l’organisation. Se faisant appeler Abu Talha al-Almani, il serait mort dans un bombardement en Syrie à l’âge de 42 ans.

Afrik Zik

Commentaire

Tags

0 Thoughts on “2018 UNE ANNÉE NOIRE POUR LE RAP ?”

Laisser un commentaire

ESPACE DE PUBLICITÉ

VOTRE VISIBILITÉ WEB

SIGNATURE_ AFRIK ZIK

Aller à la barre d’outils